Avenue des Grésillons, sous le pont du métro, une fresque vient donner des couleurs à ce lieu de passage. Elle a été réalisée par l’artiste Vincent Brunot, avec la participation des habitants.

Nées de la volonté des habitant·es d’illuminer le dessous du pont du métro qui fait la jonction entre Gennevilliers et Asnières, deux fresques ont vu le jour en 2018. L’une côté Gennevillois, l’autre côté Asniérois. À Gennevilliers, c’est l’artiste Vincent Brunot qui s’est vu confier la réalisation de cette œuvre monumentale.

« Décider ce qui allait être représenté sur la fresque s’est fait en concertation avec le conseil de quartier des Grésillons. Le choix s’est porté sur la ville elle-même et son histoire. »  Le passé ouvrier, les transports, le port, l’impressionnisme, les champs de poireaux… Les références sont nombreuses et explicitées sur un panneau accolé à l’œuvre. Mais une chose n’y est pas indiquée, le clin d’œil de l’artiste à sa famille. Car parmi les personnages représentés, on trouve le peintre Caillebotte… mais aussi les deux garçons de Vincent Brunot !

Dessin sur papier, report sur le mur, peinture, finitions… La réalisation de la fresque, qui mesure 33 mètres de long et 4,5 de haut, a pris quatre mois à l’artiste illustrateur. Pour lui, un travail d’envergure mais aussi « une super expérience ! » Et il a pu compter sur le soutien des habitant·es qui ont participé au projet à leur mesure, en peignant des aplats de couleurs par exemple. « Ils se sont rendu compte de la manière dont le pinceau frotte sur le mur… et s’use très vite ! Mais aussi du travail que ça demande. » Ainsi intégrer au projet, les Gennevillois·es se sont approprié l’œuvre rapidement.

Depuis, le lieu a continué d’être embelli. En octobre 2021, les potelets qui font face à la fresque ont été décorés par des habitant·es des Grésillons sous l’encadrement de l’artiste Dams.

Sélection

Retour en haut de page