A partir de la fin du XIXe siècle, l’ouest parisien constitue un berceau pour l’industrie automobile. Gennevilliers, disposant de vastes terrains à prix peu élevés, attire de nombreuses entreprises. Des constructeurs automobiles tels que Ariès, Benjamin, Chenard & Walcker, Donnet-Zeddel et Laffitte, s’y implantent et développent rapidement leur activité.
E. Chenard, fabricant de cycles, s’associe à H. Walcker en 1899. L’usine Chenard & Walcker s’installe à Gennevilliers en 1908 et connaît une forte croissance jusqu’en 1930. Les automobiles y sont fabriquées intégralement : moteurs, carrosseries et montage des châssis.
La marque restera pour la postérité le grand vainqueur de la première édition des 24 Heures du Mans en 1923.
Après son dépôt de bilan, la société est rachetée par l’entreprise Chausson en 1935.

Les frères Chausson, implantés à Asnières depuis la fin du XIXe siècle, se fixent dans le quartier des Grésillons en 1908. La société, un des plus importants sous-traitants de l’automobile, se spécialise dans la fabrication de radiateurs. A partir de 1936, Chausson fabrique des cars et des autobus et devient le premier constructeur français de véhicules lourds et utilitaires.
L’usine de Gennevilliers, qui voit son activité réduite dans les années 1980, se transforme en filiale de Renault en 1996 et prend le nom de ETG (Emboutissage Tôlerie Gennevilliers).
Le lycée polyvalent Edouard Vaillant, renommé Galilée, est créé en 1969. Réputé notamment pour ses filières chimie et plasturgie, il fait l’objet d’une reconstruction engagée en 2003.
 
Je me souviens…
qu’avenue Henri Barbusse, tous les jours, à la relève, on les voyait ceux de Chausson qui allaient à l’embauche. Ils emplissaient toute la rue. De ma fenêtre, c’était comme si j’assistais à une transhumance quotidienne. Et puis un jour : plus rien. On s’est dit : "Où sont-ils partis tous ces ouvriers ?"

 
 

Sélection

Retour en haut de page