Le quartier des Grésillons se développe au milieu du XIXe siècle. Ses terrains, jusqu’alors délaissés, sont d’abord exploités par les maraîchers, puis des industries s’y implantent au début du XXe siècle. Pour faire face à l’accroissement de la population, de nouveaux équipements sont construits.
L’école maternelle des Grésillons, conçue par l’architecte J.P. Lequeux, est inaugurée en 1893. Elle est agrandie en 1908 par A. Cousteix, qui surélève d’un étage les préaux le long de la rue du Square.
La poste, réalisée en 1933 par Louis Grossard, présente une façade de style « art nouveau ». Elle est ornée de bas-reliefs en ciment qui représentent les différents moyens de communication de l’époque : route, chemin de fer, communication maritime et avion. La ferronnerie est exécutée par l’atelier de la veuve Ladner.

C’est le 3 février 1934 que le conseil municipal vote la construction d’un marché couvert et d’une salle des fêtes aux Grésillons. L’ensemble, réalisé par Louis Grossard, est inauguré en 1938.
Le marché, aux immenses voûtes de béton, est à l’époque l’un des plus vastes de France.
En 1986, l’ancienne salle des fêtes est complètement remaniée, agrandie et aménagée pour devenir le Théâtre de Gennevilliers. Cette structure moderne est un instrument de travail complet : création et accueil de spectacles, construction des décors... Le tout est conçu sur les plans de l’architecte Claude Vasconi, avec le concours d’Italo Rota pour la décoration intérieure. Dirigé par Bernard Sobel, le nouveau théâtre devient Centre Dramatique National en 1982.
 
Je me souviens…
de la place Jaffeux, tous les samedis, les jours de marché. C’était plein de couleurs et puis ça criait, ça rouspétait. Ca me rappelait les Antilles. Il n’y avait jamais de bagarre ou d’accrochage. Je crois que je faisais dix fois le tour du marché, même si je n’avais que deux pommes à acheter.

Sélection

Retour en haut de page