Borne n°6 - Le temps des maraîchers

Carré visuel borne n°2Carré visuel borne n°3Carré visuel borne n°4Carré visuel borne n°5
Carré visuel borne n°6Carré visuel borne n°7Carré visuel borne n°8Carré visuel borne n°9
Carré visuel borne n°10Carré visuel borne n°11Carré visuel borne n°12Carré visuel borne n°13
Carré visuel borne n°14Carré visuel borne n°15Carré visuel borne n°16Carré visuel borne n°17

localisation

Borne n°6 - Le temps des maraîchers

 

Au XIXe siècle, les eaux usées de Paris sont rejetées dans la Seine. Gravement polluées, elles occasionnent des épidémies. Pour résoudre ce problème, des ingénieurs de la ville de Paris, dont Alfred Durand-Claye, ont l’idée d’utiliser les eaux d’égout pour fertiliser les champs de la banlieue nord-ouest. Ils mettent en place un système d’épuration permettant la transformation des eaux usées en engrais liquide riche en azote, acide phosphorique, et autres matières organiques. En 1869, la ville de Paris acquiert six hectares à Asnières et y installe les premiers champs d’épandage. Un "jardin modèle" apparaît là où le sol, sableux et gréseux, était si ingrat qu’il n’avait jamais été cultivé. L’épandage s’étend vite à toute la presqu’île, transformant la culture traditionnelle en culture maraîchère.

La fertilisation du sol par les eaux d’égout permet une production intensive des légumes. Jusque-là, on cultive surtout à Gennevilliers du blé, du seigle, de l’orge et des vignes. En quelques années, la ville devient l’un des grands fournisseurs des Halles de Paris, surtout pour les artichauts, les choux, les poireaux, les céleris-raves…
Si l’épandage permet une augmentation du niveau de vie des paysans gennevillois, il contribue avec l’absence d’un réseau ferroviaire, à retarder le développement de la ville et à maintenir Gennevilliers en bourgade agricole. A partir de 1904, l’industrie en pleine croissance supplante peu à peu la culture maraîchère.
 
Je me souviens…
que lorsque je suis arrivé ici, avec tous mes meubles dans une charrette, le boulevard intercommunal n’existait pas. Pour passer de l’autre côté, il fallait mettre des bottes à cause de la boue. Il n’y avait pas encore de trottoir, juste des planches posées sur la terre. Alors, avec une poussette c’était coton et les talons hauts ce n’était même pas la peine d’y penser !

 

  • L’Anru fait des annonces mais la réalité est tout autre !

    Communiqué Le 19 septembre 2019

    « Dans cette situation la mairie de Gennevilliers, réunit les habitants en assemblée publique ce jeudi 19 septembre pour exposer la situation et proposera un rassemblement de protestation devant le siège de l’ANRU à Paris ce vendredi 27 septembre à [...]

  • Sorties avec la ligue pour la protection des oiseaux

    Samedi 19 octobre à 8 heures Rendez-vous au parc des Chanteraines

    Les sorties LPO sont destinées à ceux qui veulent connaître les oiseaux, communs ou moins communs, qui vivent, migrent, hivernent ou se reproduisent sur Gennevilliers.

  • Salon de l’emploi

    Les 16 et 17 octobre de 9 h 30 à 16 h 30 A la salle des fêtes

    Plus de 120 entreprises sont présentes… Le salon de l’emploi, c’est l’occasion de rencontrer votre futur employeur. En 2019, sont à l’honneur les métiers de l’industrie et l’alternance.

  • Se garer à Gennevilliers

    De 7 h 30 à 19 heures Zone bleue, orange, verte

    Suite à la décision des habitants en décembre dernier, le stationnement est gratuit mais règlementé sur toute la ville, entre 7 h 30 et 19 heures.

  • Bus 166 et 137

    Depuis novembre Amélioration des lignes

    Les lignes de bus 166 et 137 évoluent avec l'arrivée de la ligne T3b à la Porte d'Asnières

  • Recherche 20 Gennevilloises

    Avec l’association Les Urbaines Pour des portraits photos

    L’association Les Urbaines recherche 20 Gennevilloises pour une grande exposition photo prévue début 2020 dans les rues de la Ville pour son projet La place des femmes dans l’espace urbain.

  • Une école et un centre social

    Début des travaux en 2020 Aux Agnettes

    Les travaux de la nouvelle école Jolio-Curie et du futur centre social et culturel du quartier des Agnettes vont commencer en 2020.